Projet minier : optimisez votre acceptabilité sociale par une gestion réussie de vos émissions sonores [Guide]

Professionnels de l'environnement, du développement durable et des relations avec les communautés dans le secteur minier: vous gérez des plaintes sur le bruit et faites face à des défis d'acceptabilité sociale dans vos projets miniers? Ce guide pratique est pour vous.

Télécharger le guide gratuitement

Gestion du bruit et acceptabilité sociale des projets miniers [Guide]

Pour les équipes en relations communautaires et environnement

Conçu par nos experts en acoustique spécialisés dans les secteurs industriels et miniers depuis plus de 25 ans, ce guide contient des principes essentiels pour comprendre les plaintes liées au bruit et des méthodes clés pour intervenir efficacement. Vous y trouverez les enjeux typiques rencontrés dans les projets miniers qui mènent à des plaintes sur le bruit et des solutions concrètes pour y remédier.

Votre gestion des signalements sur le bruit et de vos opérations s’en trouvera simplifiée, pour une cohabitation des plus harmonieuses entre les communautés voisines et la mine, et une acceptabilité sociale réussie en matière de bruit.

Introduction

Optimiser l’acceptabilité sociale d’un projet minier par un contrôle exemplaire de votre contribution sonore

Lire plus

Chapitre 1

Acoustique 101 - Des concepts fondamentaux à connaître pour mieux intervenir lors d’enjeux sonores

Lire plus

Chapitre 2

Les différentes phases d’un projet minier, leurs enjeux sonores respectifs et comment les éviter de manière efficace

Lire plus

Chapitre 3

Un système de surveillance sonore performant avec trames audio en continu : une solution de choix pour gérer les plaintes de bruit

Lire plus

BONUS — Téléchargez le guide intégral et accédez à du contenu exclusif!

  • Découvrez la situation typique qui entraîne souvent des plaintes liées au bruit, peu importe la phase du projet minier.
  • Recevez par courriel les réponses de nos experts aux questions qui leur sont souvent posées par les personnes professionnelles des relations avec le milieu :
    • La forêt et les arbres coupent-ils le bruit en agissant comme écran naturel? Sont-ils une solution efficace pour diminuer la contribution sonore de la mine dans la communauté?
    • Bien que vous soyez conformes, vous recevez plusieurs plaintes sur le bruit. Que faire?
    • Et plus!

Télécharger le guide gratuitement

Description de l'image

  Introduction  

Optimiser l'acceptabilité sociale d'un projet minier par un contrôle exemplaire de votre contribution sonore

En raison de la nature des activités minières, les préoccupations les plus souvent soulevées par les communautés à proximité des sites miniers concernent généralement le bruit, les vibrations et la poussière.

L'importance croissante de l'acceptabilité sociale des projets miniers découle directement de l'impact de ces projets sur la qualité de vie des communautés voisines. Qu'il s'agisse du bruit généré par les activités minières ou de la proximité des activités d’exploration minière avec la communauté, la contribution sonore de la mine peut non seulement avoir des conséquences importantes sur les communautés locales, mais aussi compromettre la faisabilité même du projet.

Ainsi, il apparaît essentiel de prendre en compte les impacts sonores potentiels du projet à toutes les étapes du développement d'un projet minier. Ceci permettra de réduire le risque de générer des nuisances sonores, de préserver la santé et le bien-être des communautés locales et d’assurer la pérennité des opérations minières.

Quelle est la réglementation sur le bruit à respecter au Canada pour l'industrie minière?

Les activités minières doivent respecter des réglementations et des normes par rapport au bruit, qu’elles soient fédérales, provinciales ou locales, comme la Directive 019 au Québec qui est une réglementation provinciale. Différents règlements sont applicables pour d’autres provinces canadiennes, tel le NPC-300 en Ontario.

Au Québec, la Directive 019 sur l’industrie minière vise à assurer que les contributions sonores et vibratoires d’un projet minier soient minimisées auprès de la population environnante en établissant des critères à ne pas dépasser. Ces limites sonores et la méthode d’évaluation sont détaillées dans la Note d’Instructions 98-01 — Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent (NI 98-01).

L’atteinte de ces normes s'avère cruciale, non seulement pour le respect de la législation et le maintien de l’autorisation d’opérer la mine, mais aussi pour éviter différentes entraves au développement du projet, pouvant influencer négativement la réalisation du projet minier. 

Or, le respect des limites sonores est-il toujours suffisant pour assurer l’acceptabilité sociale d’un projet minier?

Dans ce guide, nos ingénieurs mettent en lumière d'autres éléments essentiels à prendre en considération en acoustique pour aider à l’acceptabilité sociale d’un projet minier.

  Chapitre 1  

Acoustique 101 – Des concepts fondamentaux à connaître pour mieux intervenir lors d’enjeux sonores dans un projet minier

Avant d’aborder les enjeux sonores couramment rencontrés lors des différentes étapes d’un projet minier, ainsi que les moyens à prendre pour minimiser le risque de plaintes liées au bruit, il est essentiel de maîtriser certaines notions de base en acoustique.

1. Conformité sonore VS audibilité : « être conforme » ne signifie pas nécessairement « être inaudible »

Comment la conformité sonore est-elle évaluée?

En général, la conformité sonore d’une mine est évaluée en prenant des mesures sur une certaine période dans les différents secteurs entourant la mine.

Conformément aux réglementations, les niveaux sonores sont habituellement moyennés sur une période prédéfinie, comme 1 heure, 24 heures, etc. Toutefois, le niveau sonore instantané mesuré peut varier de façon importante durant cette période. Les niveaux peuvent être plus élevés ou plus faibles à certains moments.

De plus, les niveaux sonores mesurés peuvent inclure différents bruits provenant de l’environnement (ex. : voitures, faune, flore, activités humaines, etc.). Ces mesures pour évaluer la conformité sonore sont donc rarement directement représentatives de la contribution sonore de la mine.

Ainsi, l’évaluation de conformité sonore basée sur une courte période capture moins bien ces variations.

En plus de la période d’évaluation, ces réglementations se basent généralement sur une cible sonore à respecter, comme un niveau sonore ambiant, c’est-à-dire le bruit existant dans l’environnement sans la contribution de la mine, ou un niveau sonore fixe lorsque le niveau ambiant est trop faible.

« Conforme », mais « audible »?

Comprendre la différence entre « conformité sonore » et « audibilité » est essentiel pour les personnes responsables des relations communautaires et les équipes en environnement. En effet, bien que des activités minières soient conformes, elles peuvent parfois être audibles et entraîner une gêne pour la communauté voisine. Heureusement, différentes stratégies peuvent être mises en place pour minimiser l’impact de cette contribution sonore.

 

Pour illustrer la différence entre « conformité » et « audibilité », prenons l’exemple d’une mine qui s’installe en région éloignée, loin des zones résidentielles et démarre ses activités tout en respectant les normes applicables au bruit. À première vue, il pourrait sembler logique que le projet minier soit peu audible par les communautés environnantes étant donné qu’il est éloigné des zones résidentielles. Or, la réalité peut être plus complexe. Une mine peut être audible s’elle est implantée dans un lieu très calme, près d’un lac par exemple.

Pourquoi en est-il ainsi?

→ L'oreille humaine s’adapte au niveau sonore de son environnement. 

Dans l’exemple ci-haut, le bruit de fond appelé aussi « bruit résiduel », soit le bruit qui existe dans l’environnement sans la contribution des activités de la mine, est faible à proximité d’un lac. L’oreille humaine s’est donc adaptée à ce faible niveau de bruit.

Dans des endroits très silencieux, des sons très faibles peuvent devenir facilement perceptibles, comme le vol d'un insecte.

Même si l’insecte n’est pas bruyant en comparaison à une pelle mécanique par exemple, il peut devenir perceptible en raison du faible niveau de bruit de fond auquel l’oreille humaine s’est adaptée. Cette adaptation de l'oreille au bruit ambiant s'applique également dans des situations plus bruyantes. Vous rappelez-vous avoir entendu une mouche voler directement à la sortie d’un bar? Cela aurait été surprenant, n’est-ce pas? En effet, votre oreille s’est adaptée aux forts niveaux de bruit du bar. L’audibilité d’un bruit dépend donc du climat sonore préexistant. Il s’agit d’un aspect clé à considérer.

Imaginons un environnement où le bruit résiduel, c’est-à-dire le bruit sans les activités minières, est très bas, disons 15 dBA, alors que la norme est fixée par exemple à 40 dBA. En théorie, une contribution sonore de 30 dBA serait conforme. Cependant, bien que conforme, en pratique, considérant que la contribution de cette source serait émergente de 15 dB, cette activité serait clairement audible.

Ainsi, la conformité sonore ne garantit pas une acceptabilité sociale d’un projet minier, surtout dans des endroits où le bruit de fond est bas.

En contrepartie, soyons réalistes : la contribution sonore nulle n’existe pas. Il est impossible de concevoir un projet minier sans que celui-ci ne génère un certain niveau sonore.

Quelle stratégie faut-il donc privilégier pour favoriser une cohabitation harmonieuse avec la communauté?

Nous y viendrons, mais pour le moment, continuons d’aborder quelques notions de base en acoustique, qui vous permettront de mieux comprendre les meilleures stratégies pour gérer efficacement les plaintes sur le bruit lors d'un projet minier.

2. Types de bruit pouvant augmenter les enjeux communautaires lors des projets miniers

Les enjeux de bruit ne sont pas uniquement provoqués par une augmentation générale du niveau sonore. Dans le cadre de projets miniers, il arrive que ce soient plutôt des bruits particuliers qui sont source de dérangements pour les collectivités avoisinantes. 

En effet, au-delà de la contribution sonore et du bruit résiduel du secteur, de nombreux facteurs influent aussi sur la perception du bruit, comme les caractéristiques du bruit émis (continu ou ponctuel, tonal, impulsif, basse fréquence, etc.).

 

projet-minier-bruit-acceptabilite-sociale-guide-pratique

 

Voici quelques exemples fréquents de types de bruit et leurs sources sonores lors des projets miniers :

Bruit continu : ce type de bruit est généralement lié à des équipements en opération constante avec un bruit qui varie peu dans le temps, comme des concasseurs. Il se caractérise par une émission sonore continue et stable sur une période prolongée.

Bruit continu d'un concasseur

 

Bruit ponctuel : à la différence du bruit continu, le bruit ponctuel est produit par des activités spécifiques et intermittentes comme le déchargement de camions, le camionnage et les arrêts et départs de certains équipements. Il se manifeste de manière brève, mais dont sa contribution sonore peut être plus élevée durant cette période, ce qui peut le rendre plus perceptible.

Bruit ponctuel, comme un déplacement sur chenilles

 

Bruit d’impact (impulsif) : certains bruits ponctuels peuvent être également des « bruits d'impact » puisque ceux-ci peuvent entraîner une augmentation rapide et significative du niveau de bruit. Un bon exemple de bruit d’impact : un marteau hydraulique.

Bruit d'impact (impulsif) d'un marteau hydraulique

 

Bruit tonal : il s’agit d’un bruit dont la majorité de l'énergie acoustique est centrée autour de certaines fréquences plus spécifiques, comme pour certains ventilateurs miniers.

Bruit tonal d'un ventilateur minier

 

Bruit basse fréquence : il s’agit d’un bruit dont les basses fréquences sont généralement dominantes. Ce type de bruit peut ressembler à un vrombissement.

Vous l’avez compris : la source sonore pouvant entraîner un dérangement n’est pas nécessairement la plus bruyante.

La contribution sonore moyenne d’un tamiseur peut être plus importante que celle d’un déchargement de camions, mais puisque le bruit du tamiseur est continu et que l’oreille humaine s’est progressivement adaptée à ce type de source sonore, le tamiseur risque d’être moins perceptible qu’un déchargement de camions. C’est donc le déchargement de camions qui pourrait mener à des plaintes sur le bruit dans cet exemple.

3. La nature d’un bruit est aussi à prendre en considération dans la gestion des plaintes

Aussi, la perception d’un bruit peut dépendre de la nature du bruit.

Par exemple, en pleine nature, si des grillons émettent un son à 60 dBA, cela peut être tout à fait tolérable, voire agréable. En revanche, le bruit d'une pelle mécanique produisant 40 dBA au milieu de la nuit peut être perçu comme plus dérangeant, car on s’attend normalement à entendre les sons naturels de la faune, non ceux d'un équipement minier.

→ La nature d’un bruit est donc un élément à prendre en considération dans les projets de surveillance acoustique pour l'industrie minière.

  Chapitre 2  

Les différentes phases d’un projet minier, leurs enjeux sonores respectifs et comment les éviter de manière efficace

Maintenant que vous connaissez certains concepts fondamentaux en acoustique, explorons les enjeux de bruit inhérents à chaque phase d'un projet minier, en mettant de l’avant des moyens d’intervention efficaces pour prévenir les nuisances sonores et minimiser ainsi les risques de plaintes de bruit.

Les projets miniers se déroulent généralement en cinq phases : 1) Exploration minière, 2) Autorisation, 3) Construction, 4) Exploitation minière, et 5) Réhabilitation.

Exploration minière

Situations typiques qui entraînent des enjeux de bruit et mènent souvent à des plaintes

En phase d’exploration minière, les équipements utilisés sont souvent générateurs de bruit, comme les foreuses exploratoires, les pompes et les génératrices. En plus d’être bruyants, ils opèrent fréquemment dans des environnements calmes, tout en étant à proximité des collectivités, et ce, 24 heures sur 24.

Avez-vous fait le calcul?

Équipement bruyant + opérant à proximité des zones résidentielles + bruit de fond parfois bas auquel l’oreille humaine s’est adaptée = cocktail explosif pour entraîner des nuisances sonores et donc un risque de plaintes de bruit.

Même si les activités exploratoires sont généralement de courte durée par rapport aux autres phases d'un projet minier, elles peuvent produire des nuisances sonores importantes. Le bruit excessif entraîne fréquemment des plaintes et cela peut même mener à l'arrêt des opérations.

Comment éviter les enjeux de bruit en phase d’exploration minière

D’abord, il peut être très pertinent de mettre en place des traitements acoustiques performants directement à la source de bruit. Les solutions d'insonorisation industrielle Soft dB sont d'ailleurs reconnues pour leur efficacité dans ce domaine.

Ensuite, un suivi rigoureux des émissions sonores est requis en utilisant des stations de monitoring de pointe, qui mesurent les niveaux sonores et vibratoires en temps réel. Vous pouvez ainsi être averti instantanément dès que les équipements sur le terrain dépassent les limites de bruit acceptables. L'établissement des cibles pour les limites acceptables devrait être discuté avec votre consultant en acoustique.

Assurez-vous que les stations de monitoring vous fournissent des informations en direct, comme si vous étiez sur le terrain. Vous pourrez ainsi intervenir rapidement, peu importe où vous êtes. Les stations de surveillance du bruit et des vibrations Soft dB sont d’ailleurs tout indiquées à cet effet.

Vous pouvez non seulement suivre en direct vos émissions sonores, mais aussi configurer des alertes et fixer les niveaux sonores à surveiller avant même de dépasser les limites permises. Cela permet de rectifier le tir rapidement et de minimiser l’impact sonore sur la communauté environnante.

De plus, Soft dB a développé une solution de surveillance sur mesures pour les exploitants de foreuse exploratoire, les informant instantanément en cas de risque de dépassement des niveaux sonores. Nos ingénieurs experts en acoustique ont appliqué cette méthode avec succès dans de nombreux projets miniers.

Parlez-en avec nos experts en acoustique et vibrations.

Autorisation - Étude d'impact environnemental, volet sonore
 

Avant de construire une mine, il est essentiel de comprendre parfaitement le climat sonore environnant, de connaître les tendances de bruit et de bien les évaluer : comment le climat sonore varie-t-il les jours, les soirs, selon les saisons, en fonction des conditions météorologiques, etc.? Et quel est l’impact du climat sonore sur la communauté?


Il est donc important de vous entourer d’experts en acoustique et vibrations pour réaliser adéquatement la conception d’un projet minier.

Durant cette phase, si le climat sonore est mal évalué, cela peut nécessairement mener à des enjeux de bruit durant les phases subséquentes du projet minier et risquer même d’entraîner des non-conformités sonores, d’où l’importance de bien évaluer le climat sonore.

Notez que la modélisation seule ne permet pas toujours de déterminer clairement ce qui est perçu comme dérangeant, car celle-ci se base généralement sur des moyennes. Bien que cela ne soit pas impossible, chez Soft dB, nos experts en acoustique ont développé des techniques uniques pour aborder cette complexité via des modélisations.

Comment bien réussir la phase d’autorisation touchant les activités minières pour éviter des plaintes sur le bruit lors des phases subséquentes

  • Pour avoir un portrait représentatif du climat sonore, peu importe le moment et la saison, et avoir une compréhension exhaustive de la situation, on gagne à prendre des mesures du climat sonore sur de longues périodes.
  • Aussi, pour obtenir un certificat d’autorisation, il est essentiel de réaliser une étude d’impact environnemental d'un projet minier démontrant l’atteinte de la conformité sonore et d’identifier avec une précision chirurgicale les sources de bruit potentiellement problématiques ainsi que les traitements performants, tout en optimisant les coûts pour atteindre les objectifs fixés. Si vous avez besoin d’aide, nos experts en acoustique sont disponibles pour vous accompagner dans cette démarche.

 

projet-minier-bruit-acceptabilite-sociale-guide-pratique
 

Construction d'un site minier et exploitation minière

Les causes les plus courantes menant à des enjeux de bruit et la stratégie pour les adresser

Bien qu’une demande d'autorisation pour la construction et l'exploitation d'un site minier ait été approuvée, il est possible que des projets miniers en phases de construction et d’exploitation minière reçoivent plusieurs appels et plaintes sur bruit par les communautés voisines.

Pourquoi en est-il ainsi?

Phase de construction

En phase de construction, de nouveaux bruits sont désormais audibles dans la communauté. Ce que les résidents avaient l'habitude d'entendre lors des phases antérieures du projet minier ne concorde plus avec le climat sonore actuel. 

  • Les résidents entendent de nouveaux bruits ponctuels et variables, qui diffèrent d’une journée à l’autre.
  • Ces bruits sont généralement produits par des équipements mobiles, dont leur contribution sonore peut grandement varier d’un moment à l’autre.
  • Ces activités sont réalisées principalement de jour; les niveaux sonores augmentent le matin et diminuent en fin de journée.

Pour la communauté voisine, le démarrage des opérations de construction d'un site minier devient donc une nouvelle réalité. 
 

Phase d'exploitation minière

En phase d'exploitation minière, le climat sonore change encore une fois.

  • Présence de nouveaux bruits (ex. : forage, dynamitage, ventilation souterraine, etc.). Ces sources sonores possèdent généralement des caractéristiques acoustiques particulières qui les rendent parfois identifiables.
  • La plupart des sources sonores fonctionnent en continu, 24/7.

De manière générale, voici les causes les plus courantes qui mènent à des plaintes sur le bruit selon ces nouveautés dans le climat sonore lors de la phase d'exploitation minière :

 

1) Votre étude a sous-estimé votre contribution sonore réelle

Sur le terrain, les équipements choisis peuvent différer de ceux modélisés lors de l'étude d'impact environnemental ou durant la phase d’ingénierie détaillée, d’où l’importance de réaliser rigoureusement l’étude initiale sur le bruit. Sinon, si celles-ci ne sont pas considérées, les conditions météo peuvent, par exemple, affecter la propagation du son et avoir un impact important (ex. : vents porteurs, inversions thermiques, etc.).

 

2) Vous êtes conformes, mais audibles

a.    Le climat sonore existant peut être inférieur aux cibles sonores considérées dans l'étude, car les mesures ont été prises sur une courte période seulement. Un bruit de fond bas, soit le bruit dans l’environnement sans les activités minières, augmente les risques que vous soyez audibles dans la communauté avoisinante.

b.    Votre niveau sonore de fond peut être plus élevé, mais certains bruits spécifiques, comme des bruits d'impacts, tonals, basses fréquences, etc., sont audibles. Tel qu’indiqué dans la Note d’Instructions 98-01, ces bruits entraînent l’ajout d’un terme correctif pour compenser la perception de ces sons. Par exemple, le bruit d’un impact de pelle mécanique peut durer un bref instant, mais être émergent du bruit ambiant, donc clairement audible, mais en moyenne sur une heure, sa contribution serait faible.

Lorsqu'un résident vous contacte pour un signalement, il peut parfois vous paraître difficile d’identifier précisément la source sonore qui entraîne le dérangement. Dans tous les cas, il est important de prendre au sérieux ces signalements, même si le niveau de détail disponible lors du signalement est souvent partiel et complique l’identification de la source problématique.

→ Il est de votre responsabilité d’être en plein contrôle de vos émissions sonores. Et nos solutions de surveillance environnementale sont là pour vous aider à atteindre cet objectif.

 

Comment minimiser son impact durant les phases de construction d'un projet minier et d’exploitation minière

Pour vous mettre dans la peau de la communauté et bien comprendre leur réalité, une solution de monitoring performante intégrant des enregistrements sonores en continu est une solution de premier choix.

Si un système de surveillance sonore vous permet de mesurer qu’un seul chiffre, par exemple 30 dBA, comment faites-vous pour déterminer la cause d'une plainte, identifier les bruits audibles ou même connaître votre contribution sonore lorsque vous êtes en conformité sonore?

Vous l’avez compris : il est essentiel que votre système de surveillance sonore vous procure vos données sonores en continu pour vous permettre de réécouter précisément le moment où la plainte s’est produite et donc d’identifier avec précision la nuisance sonore, que ce soit au-dessus ou au-dessous des limites règlementaires.

Un chiffre seul ne suffit donc pas.

Une surveillance efficace ne devrait pas vous limiter, mais vous aider.

Situation typique qui mène à des plaintes sur le bruit peu importe la phase du projet minier

 

Peu importe la phase d'un projet minier, une situation fréquemment vécue par les professionnels des relations communautaires conduit généralement à des plaintes sur le bruit.

Téléchargez le guide pour connaître cette situation afin d'encore mieux adapter vos stratégies et favoriser une cohabitation harmonieuse avec les communautés voisines.  

Télécharger votre guide gratuitement

  Chapitre 3  

Un système de surveillance sonore performant avec trames audio en continu : une solution de choix pour gérer les plaintes de bruit dans le cadre d'un projet minier

La surveillance avec trames sonores en continu facilite la compréhension précise des événements qui ont mené à une plainte sur le bruit.
 

Imaginons un concasseur qui fonctionne en continu, 24/7. Les communautés avoisinantes peuvent s'y habituer. En revanche, si un entrepreneur a une alarme de recul sur son camion qui émet un « bip-bip » sur de courtes périodes durant l’heure, cela peut être audible et entraîner des plaintes, car ce système est conçu pour générer un bruit supérieur à celui qui entoure l’équipement. Cependant, si l'on examine les niveaux moyens sur une heure, la contribution sonore de l’alarme de recul est marginale.

Les plaintes portent souvent sur le bruit qui est perçu comme dérangeant. Mais le bruit dérangeant n’est pas nécessairement le bruit le plus élevé ou un niveau dépassant la limite sonore.

→ Dans ce cas, l’utilisation du monitoring avec audio en continu s'avère essentiel pour l'industrie minière. Ainsi, vous pourrez réécouter et identifier ce que des membres de la communauté considèrent comme dérangeant et mettre en place des actions correctives.

  Chapitre 4  

Le rôle essentiel du monitoring sonore en continu dans l’acceptabilité sociale d’un projet minier

Les projets miniers ne sont pas toujours situés à proximité des communautés. Ils peuvent être dans un environnement calme, où le bruit de fond est bas, et les niveaux sonores peuvent varier quotidiennement compte tenu des conditions météorologiques, de la faune, des activités humaines, etc. Par exemple, pour une source de bruit située à une distance d'un kilomètre d’une résidence (qu’on appelle ici un « récepteur »), la présence ou l'absence de vents porteurs entre la source et le récepteur peut entraîner des changements drastiques dans le climat sonore.

La surveillance sonore en amont d’un projet minier

Pour une mine, la surveillance sonore en continu peut être pertinente avant la construction afin d’établir le niveau de bruit de fond, permettant ainsi de comparer les contributions sonores avant et après le début des opérations minières.

Cela aide également à évaluer les enjeux potentiels de relations communautaires et à les documenter.

En installant des stations de mesure permanentes, en fonction du bruit de fond mesuré, des ajustements peuvent être apportés aux activités minières.

Par exemple, si le bruit de fond existant était de 27 dB et que vous atteignez 38 dB, même si cela respecte les normes, cela peut être audible et parfois dérangeant pour certains résidents, car le niveau sonore est perçu comme étant deux fois plus fort.

Le monitoring sonore en continu apporte donc une valeur ajoutée à la compréhension de la situation.

Des Pro Stations adaptées à la gestion des relations communautaires

Les stations de surveillance développées par Soft dB, comme la Pro Station et la station de surveillance du bruit et des vibrations Watch, sont spécifiquement adaptées à la gestion des relations communautaires.

Pour gérer les plaintes de bruit, il est essentiel de mesurer votre audio en continu. Nos stations de monitoring sonore offrent une qualité audio exceptionnelle avec un module météo intégré, pratique pour le filtrage des événements sonores causés par une météo extrême. Elles sont positionnées stratégiquement sur le terrain et notre équipe est spécialisée dans l'analyse et le traitement des données. Voir notre gamme de services de surveillance sonore à votre disposition.

Pour être en mesure d’analyser toutes ces données et de comprendre les causes des plaintes sur le bruit, souvent il faut faire des analyses de signature acoustique, d’émergence et cela requiert un accès au contenu fréquentiel du signal, que ce soit via une transformée de Fourier ou bien une représentation en tiers d’octave.

Ces outils avancés permettent de représenter la répartition des fréquences contenues dans un signal sonore.

→ Les stations de surveillance du bruit et des vibrations Soft dB permettent ce type d’analyses en temps réel et permettent même d’aller plus loin dans l’analyse de plaintes et la compréhension des enjeux de bruit lors des projets miniers.

Lors d’enjeux de relations communautaires, il ne faut pas nécessairement regarder quel est le bruit le plus fort mesuré durant l’heure. Il faut plutôt comprendre tous les bruits mesurés pendant l’heure où la plainte s’est produite.

Si votre station de monitoring enregistre les trames sonores avec une excellente qualité audio, c’est plus facile de faire une analyse et de se mettre dans la peau d’un résident pour savoir ce qui a entraîné la plainte. Le bruit le plus bruyant n’est pas nécessairement le bruit le plus dérangeant.

—Pierre-Claude Ostiguy, Ph. D., ing., INCE, Directeur Monitoring, Soft dB

  Conclusion  

Atteindre l'acceptabilité sociale en matière de bruit pour votre projet minier : une mission plus que possible

Pour assurer l'acceptabilité sociale des projets miniers, il est essentiel de gérer adéquatement ses niveaux sonores afin d’éviter que ceux-ci ne risquent de devenir un enjeu.

Mesurer, identifier et minimiser les nuisances sonores à chaque phase d’un projet minier, tout en respectant les normes et réglementations, est crucial pour préserver la qualité de vie des communautés locales et assurer la durabilité des opérations minières.

En plus de la mesure, une connaissance adéquate des conditions sonores propres au site sont des éléments essentiels à la réussite d’un projet minier.

La surveillance avec trames sonores en continu, comme les solutions de monitoring Classe 1 de Soft dB, facilite la compréhension précise des événements qui pourraient mener à des enjeux de bruit et représente donc un outil de choix pour toutes équipes en relations communautaires et en environnement dans le secteur minier.

Nous espérons que ce guide vous a permis de comprendre les notions fondamentales liées aux plaintes sur le bruit, les méthodes clés pour intervenir efficacement ainsi que le rôle essentiel des solutions de surveillance avec trames sonores en continu dans l’atteinte de l'acceptabilité sociale de votre projet minier.

BONUS — Téléchargez le guide intégral et accédez à du contenu exclusif!

  • Découvrez la situation typique qui entraîne souvent des plaintes liées au bruit, peu importe la phase du projet minier.
  • Recevez par courriel les réponses de nos experts aux questions qui leur sont souvent posées par les personnes professionnelles des relations avec le milieu :
    • La forêt et les arbres coupent-ils le bruit en agissant comme écran naturel? Sont-ils une solution efficace pour diminuer la contribution sonore de la mine dans la communauté?
    • Bien que vous soyez conformes, vous recevez plusieurs plaintes sur le bruit. Que faire?
    • Et plus!

Télécharger le guide gratuitement

Description de l'image

Ce guide pratique intègre des connaissances et des observations tirées de milliers de projets réalisés par Soft dB.

Chaque projet étant unique, il est important de souligner que ce guide ne peut remplacer les analyses spécifiques d'un expert en acoustique et vibrations.

Tous les projets miniers doivent être évalués cas par cas.

Besoin d'optimiser la gestion du bruit dans votre projet minier?

Peu importe la complexité des défis liés au bruit et aux vibrations dans l'industrie minière, nos équipes en ingénierie vous offrent des solutions sur mesure pour une acceptabilité sociale réussie et une cohabitation des plus harmonieuse entre la mine et les communautés voisines.

Communiquer avec nos experts pour votre projet minier